Notice: Function wpdb::prepare was called incorrectly. The query argument of wpdb::prepare() must have a placeholder. Please see Debugging in WordPress for more information. (This message was added in version 3.9.0.) in /htdocs/wp-includes/functions.php on line 5865
Archives des Actualités - Page 4 sur 5 - Alliance pour la Conservations des Grands Singes en Afrique Centrale
Category

Actualités

L’Alliance GSAC renouvelle son bureau exécutif pour le compte de l’exercice 2022-2024.

By Actualités, Actualités de l'Alliance, FocusNo Comments

Dans une perspective de renforcement de la gouvernance associative au sein du Réseau, les membres de l’Alliance GSAC se sont réunis ce 22 avril 2022 en Assemblée Générale Extraordinaire (AGE) en vidéo conférence, dans le but de poursuivre avec les réflexions stratégiques sur des sujets qui engagent le développement et la pérennité du réseau, réflexions entamées en janvier 2022, au cours de la 6eme Assemblée Générale Ordinaire consécutive (AGO) du Réseau.

Au cours de cette seconde rencontre, plusieurs sujets importants ont été traités parmi lesquels le renouvellement du bureau exécutif.

  1. Renouvellement des membres du bureau de l’Alliance GSAC

Rappelons qu’au niveau stratégique, le réseau est dirigé par 3 organes décisionnels à savoir :

  • L’Assemblée Générale (l’AG) : composée de tous les membres effectifs. Elle est l’instance collégiale de délibération et de légitimation des orientations et décisions de l’Alliance.
  • Le bureau, est en charge d’exécuter les décisions prise au cours de l’AG et assure de la gestion quotidienne et opérationnelle des activités de l’Alliance. Le bureau est composé de 3 membres dont ; (Un (e) Président (e), Un(e) Secrétaire General(e) ; un(e) trésorier (e)) élus en Assemblée Générale pour un mandat de 2 ans renouvelables et donc les attributions sont les suivantes :

Pour le Président

Représenter le Réseau auprès des instances sous-régionales et internationales ; orienter et coordonner les activités, programmes et projets de l’Alliance GSAC ; présider les sessions de l’Assemblée Générale et engager le Réseau vis-à-vis des tiers ; promouvoir le Réseau auprès des partenaires techniques et financiers ; Veiller au bon fonctionnement du Réseau.

Pour le Secrétaire Général

Assurer le secrétariat du Réseau ; appuyer le bureau dans la recherche de fonds et la rédaction des projets et programme ; Etablir et Rédiger les documents de travail du Réseau (procès-verbal, compte- rendu, etc.) ; assister le Président dans l’accomplissement des missions du Bureau en jouant le rôle d’interface en interne et en externe ; Assure le lien avec les organes techniques spécialisés et experts externes.

Pour le Trésorier

Encaisser les fonds, contresigner tout document en vue d’une dépense ou d’un décaissement et présenter les comptes annuels du Réseau lors des Assemblées Générales ; Tenir les livres comptables du Réseau ; Préparer les documents financiers du Réseau ; Superviser le montage financier des programmes et projets ainsi que des activités du Réseau.

  • La Commission des Comptes et Evaluation (CCE): La (CCE) assure le rôle de surveillance et de contrôle de la gestion et tous les actes accomplis par le Bureau du Réseau. Elle a pour attribution :

Elaborer les procédures internes et en contrôler l’application par le Bureau pour le bon fonctionnement du Réseau ; Superviser les missions de contrôle et d’évaluation et en rédiger les comptes- rendus à faire approuver à l’Assemblée Générale ; Faire des préconisations d’amélioration du fonctionnement du Réseau.

2.Les nouveaux membres élus

Les quatre postes suivants étaient à pourvoir : Président (e), Secrétaire General(e) ; trésorier (e) ; Commission des comptes et Evaluation. 

Sont élus pour un mandat de 2 ans aux postes suivant :

Président du réseau : GUILLAUME TATI, (Directeur de l’ONG ESI-CONGO au Congo Brazzaville) réélu pour un second mandat de 2 ans.

Secrétaire Général :  NYUGHA DENIS (Président de l’ONG SEKAKOH au Cameroun) élu en remplacement de DIKENANE KOMBILA (Secrétaire General de l’ONG PROGRAM au Gabon) sortant.

Secrétaire Général adjoint :  DIKENANE KOMBILA

Trésorier : JAMES MONTALI (Responsable Administratif et Financier auprès de l’ONG Mbou Mon Tour ; RDC). Il faut noter ici que depuis fin 2020, ce poste était jusque-là vacant et que le Responsable administratif et Financier du Réseau apportait un soutien au bureau dans cette fonction.

Commission des comptes et Evaluation : MANFRED AIME EPANDA (Président de l’ONG Tropical Forest and Rural Dévelopment au Cameroun) en remplacement de CHRISTELLE NGALA (Responsable Administrative et Financière auprès d’ESI CONGO) sortante.

Sekakoh organise training for 30 éco-gardes for the Benue National Park on the use of SMART

By Actualités, Actualités des membres, FocusNo Comments

 

In January this year, Sekakoh in partnership with Bristol Zoological Society initiated the Spatial Monitoring And Reporting Tool (SMART) patrols in the Benue National Park (BeNP)SMART has been identified as a more effective tool in protecting biodiversity_supporting anti poaching patrols and ecological monitoring. To deliver a successful training, there were two major phases of action.

1. Pre training visit 
After completing the process of recruiting a consultant to lead the SMART training of 30 ecoguards in the Benue National Park, the consultant effected a pre-training visit to evelaute the level of the ecoguards and understand their awareness of SMART and to identify the materials required for a successful training. The evaluation visit was completed in October 2021. During the visit, the consultant organised working sessions with the conservation service and the MINTOUR team managing the hotellery facilities at Buffle Noir. At the end of the visit, it was agreed that a SMART training be delivered to all the 30 ecoguards of the BeNP and a lesser number (10) of ecoguards be trainned on the SMART data base management. The training was hosted by the Buffl Noire Hotel.

2. Training in data collection with SMART application and
For Four days, a SMART data collection training using SMART mobile and Cyber tracker were delivered to the conservation service of the BeNP. The 4 days training went on hitch free and practicals were organised at the end of the data collection session. Collected data was analysed by consultant and presented to the trainees at the end of the training.

3. Training on SMART data base management

In line with our objective of operationalizing SMART patrols in Benue, there was a second part of training that was allocated to a fewer number of ecoguards as this is the more computerised aspect of SMART. Managing the data base of SMART is premodial in redering it functional which permits informed decission making by the conservation service. The conservator was charged to select apt ecoguards who could each afford a laptop. The 5days training was led by same consultant who eloquently articulated the subject, referencing examplse from all around the Benue landscape. Both trainings were succesful.

Gestion apaisée des terres : Les Baka de Bifolone s’entendent avec leur frères Bantous de Kodja à la périphérie de la Reserve de Faune du Dja, Est-Cameroun

By Actualités, Actualités des membres, FocusNo Comments

 

Tropical Forest and Rural Developement dans le cadre du projet de sécurisation des terres pour la valorisation des produits forestiers non ligneux en vue de l’amélioration des moyens d’existence de la communauté Baka de Bifolone autour de la Reserve de Biosphère, financé par l’ambassade de France à faciliter les échanges avec les Bantous en vue de la cession des terres aux Baka. Grace a la cartographie participative, en tenant compte de la perception des deux communautés, les échanges entre les communautés Baka et Bantous ont aboutis à la délimitation d’un territoire de 428 ha en faveur des Baka dans laquelle un inventaire a été effectué.

Les résultats de cet inventaire multi ressources montrent que la forêt des communautés Baka délimitée est très riche en espèces faunique, floristique et en eau. Cette cession de terre ouvre alors de belles perspectives aux communautés Baka de Bifolone qui avaient besoins de ce territoire pour la collecte et la valorisation des PFNL, le développement de l’éco-tourisme pour la promotion de leur culture et l’agriculture durable. Les Baka veulent voir cet espace érigé en forêt communautaire pour plus de sécurité foncière.

Conserving great apes in the Lebialem Highlands amidst the Anglophone Crisis: What is ERuDeF doing ?

By Actualités, Actualités des membres, FocusNo Comments

The Lebialem Highlands in Southwestern Cameroon is one of the key biodiversity hotspots affected by the Anglophone crisis in the English-speaking regions of Cameroon. The onset of the Anglophone Crisis in 2016 brought conservation activities to almost a complete halt in the Lebialem Highlands.

The Lebailem Highlands hosts the Tofala Hill Wildlife Sanctuary created in 2014 with the facilitation of the ERuDeF. The Tofala Hill Wildlife Sanctuary (8087 ha) hosts about 22 Cross River Gorillas and 120 Nigerian Cameroon Chimpanzees whose future remains uncertain as a result of the deteriorating Anglophone Crisis. “Since the outbreak of the Anglophone Crisis in Cameroon, key biodiversity hotspots and protected Areas in the Anglophone regions have been besieged by both separatist forces and State Security and Defense Forces, the lebialem Highlands not excluded”, the President/CEO of ERuDeF, Louis Nkembi is quoted as saying.  He continued,  “State rangers have relocated from the Tofala Hill Wildlife Sanctuary, (In the Lebialem Highlands) to urban centres where the crisis is less intensive”.

ERuDeF’s intervention

Just like other conservation organisations operating in the Lebialem Highlands are affected by the Anglophone Crisis, so too is ERuDeF. Despite the challenges caused by the Anglophone crisis, ERuDeF has not relent its efforts in conserving the last great apes in this landscape and other species of great importance.  In 2021, ERuDeF with the support of The Thin Green Line Foundation relaunched the Cameroon Community Rangers Programme on this landscape to train community rangers to conduct research and biomonitoring in the Tofala Hill Wildlife Sanctuary. “Given that all conservation NGO’s operating in this sanctuary and even state rangers have left as a result of the crisis, it was incumbent on us continue conservation in this sanctuary even in the midst of the intensive crisis”, Louis Nkembi said.

Through the Cameroon Community Rangers Programme, ERuDeF succeeded to strengthen the capacity 6 community rangers, 60% of which are women to conduct research and wildlife monitoring in the Tofala Hill Wildlife Sanctuary. Thanks to  wildlife monitoring in this sanctuary using camera traps and other research methods about 120 Nigerian-Cameroon Chimpanzees and 22 Cross River Gorillas were recorded thereby reconfirming the presence of these specie in this sanctuary and the need for their protection.

                       

L’Alliance GSAC signe une convention de financement sur 1 an avec la WRI.

By Actualités, Actualités de l'Alliance, FocusNo Comments
𝗟’𝗔𝗹𝗹𝗶𝗮𝗻𝗰𝗲 𝗚𝗦𝗔𝗖 a signé ce 1 er février 2022, 𝘂𝗻𝗲 𝗰𝗼𝗻𝘃𝗲𝗻𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗱𝗲 𝗳𝗶𝗻𝗮𝗻𝗰𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝘀𝘂𝗿 𝘂𝗻 𝗮𝗻 (𝟮𝟬𝟮𝟮-𝟮𝟬𝟮𝟯) 𝗮𝘃𝗲𝗰 𝗹𝗮 𝗪𝗼𝗿𝗹𝗱 𝗥𝗲𝘀𝘀𝗼𝘂𝗿𝗰𝗲𝘀 𝗜𝗻𝘀𝘁𝗶𝘁𝘂𝘁𝗲 ( 𝗪𝗥𝗜).
Le projet intitulé :  »𝘾𝙤𝙢𝙢𝙪𝙣𝙞𝙩𝙮 𝙢𝙖𝙥𝙥𝙞𝙣𝙜 𝙖𝙣𝙙 𝙖𝙙𝙫𝙤𝙘𝙖𝙘𝙮 𝙛𝙤𝙧 𝙎𝙪𝙨𝙩𝙖𝙞𝙣𝙖𝙗𝙡𝙚 𝙁𝙤𝙧𝙚𝙨𝙩 𝙈𝙖𝙣𝙖𝙜𝙚𝙢𝙚𝙣𝙩 𝙖𝙣𝙙 𝘽𝙞𝙤𝙙𝙞𝙫𝙚𝙧𝙨𝙞𝙩𝙮 𝙞𝙣 𝙩𝙝𝙚 𝘽𝙤𝙡𝙤𝙗𝙤 𝙏𝙚𝙧𝙧𝙞𝙩𝙤𝙧𝙮 𝙞𝙣 𝙍𝘿𝘾 𝙖𝙣𝙙 𝙩𝙝𝙚 𝙀𝘽𝙊 𝙁𝙤𝙧𝙚𝙨𝙩 𝙞𝙣 𝘾𝙖𝙢𝙚𝙧𝙤𝙤𝙣 » vise à :
1) renforcer la surveillance forestière des 2 paysages et communiquer sur les causes de déforestation illégales ( feu de brousse, exploitation forestière et minière, agriculture extensive, orpaillages et fabrication de charbon de bois etc…),
2) Faire le plaidoyer auprès des autorités locales des deux sites pour l’application de la loi lorsque les cas illégaux de déforestation sont identifiés.
Les données collectées avec les communautés locales seront ensuite renseignées sur la la plateforme Global Forest Watch (https://www.globalforestwatch.org/about/).

PROGRAM reprend contact avec le Groupe de gorille MUSSIRU

By Actualités, Actualités des membres, FocusNo Comments

Après plus d’un an d’absence sur son site  d’habituation de Douguetsi, dû à l’interdiction d’accès au Parc formulée par l’Agence National des Parcs Nationaux du Gabon mais aussi compte tenue de la fragilité des gorilles face aux maladie respiratoires type Grippes, Sras, Covid… l’ONG PROGRAM a repris contact avec le Groupe Mussiru en cours d’habituation au sein du PARC National Moukalaba Doudou. Avec l’appui des financements provenant des bailleurs que sont PPI, US FISH mais aussi grâce aux contributions des soutiens locaux de l’ONG, une campagne de deux semaines a été réalisé afin de reprendre contact avec le groupe et d’évaluer sont état de santé. Après avoir réalisé tous les examens médicaux nécessaires, PROGRAM a eu l’autorisation du  Centre International de Recherche  en maladies de France Ville ( CIRMF) pour aller au contact des gorilles (distance de sécurité de 10m).

Le nettoyage du camp, le pistage des gorilles ainsi que la pose de caméras pièges ont été effectué. Bonne Nouvelle ! Le groupe Mussiru a pu être observé avec des temps de contacts allant de 3 à 10 minutes. Le groupe se porte très bien avec 3 femelles gestantes et deux nouveaux Bébés. La pose des caméras piège a permis de circonscrire les déplacements du Groupe dans un périmètre déterminé ce qui facilitera les prochaines séances de pistage.

 

ESI Congo mène un projet d’évaluation des priorités de gestion de la concession forestière de Ntombo en vue de soutenir la création de la Réserve forestière de Ntombo, en République du Congo

By Actualités, Actualités des membresNo Comments

ESI Congo a bénéficié du soutien de l’EU International Partnerships et press ACP par le biais de #BIOPAMA pour soutenir et accompagner le processus de création d’une nouvelle aire protégée ( la concession forestière de Ntombo), dans le district de Kakamoeka, au cœur de la forêt du Mayombe (République du Congo).

La concession forestière de Ntombo abrite une biodiversité remarquable représentée par les espèces de faune emblématiques, telles que le gorille des plaines de l’ouest (Gorilla gorilla gorilla), le chimpanzé (Pan troglodystes troglodystes) ou encore l’éléphant de forêt (Loxondota africanus cyclotis), toutes en danger critique, justifiant de son classement.

Le classement de cet espace en aire protégée, est né de l’initiative du Ministère de l’Economie Forestière, qui a chargé le projet de création du complexe d’aires protégées et corridors Conkouati-Dimonika (PCCD) de le piloter.

Le projet est basé sur la mise en œuvre du processus d’évaluation IMET (Integrated Management Effectiveness Tool) de la concession forestière de Ntombo, et des actions destinées à accroitre l’intérêt socio-économique des communautés riveraines pour la création de la nouvelle aire protégée.

L’objectif du projet est d’orienter et optimiser la stratégie de création de la réserve forestière de Ntombo.

Pour ce faire, plusieurs activités et études ont été menées :

  • Le recensement et la cartographie des acteurs opérant dans la concession de Ntombo et qui seront impactés dans la création de cette aire protégée afin d’orienter la stratégie de mesures d’accompagnement et d’atténuation.
  • L’identification des opportunités économiques pour les populations riveraines de l’aire protégée de Ntombo, à partir des leviers existants pour une valorisation économique durable et un appui aux activités génératrices de revenus.
  • La conduite de l’évaluation IMET par les coaches BIOPAMA, M. Jean-Bosco NGANONGO et M. Baudelaire DISSONDET, dans l’objectif de fixer les niveaux de référence et identifier les actions prioritaires pour orienter et optimiser la planification de gestion de la nouvelle aire protégée.
  • L’organisation d’un atelier de restitution auprès des parties-prenantes identifiées (communautés locales, autorités, secteur privé, projet d’état, etc.) pour rendre compte des données collectées et des orientations stratégiques identifiées en conséquence, de la gestion de la concession de Ntombo à privilégier.

La démarche du projet est innovante dans la mesure où il est porté par  ESI-Congo, une association locale de défense environnementale, ancrée depuis 14 ans dans le district de Kakamoeka, qui apporte son expertise à un processus de création d’aire protégée qui est en cours.

.

Photo credit: ESI-Congo

JOURNEE MONDIALE DE L’ENVIRONNEMENT: samedi 05 JUIN 2021

By ActualitésNo Comments

La Journée mondiale de l’environnement est le principal moyen dont dispose les Nations unies pour encourager la sensibilisation et l’action en faveur de l’environnement dans le monde entier. Organisée chaque année depuis 1974, cette Journée est également devenue une plate-forme essentielle pour promouvoir les progrès dans les dimensions environnementales des objectifs de développement durable. Avec le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) à sa tête, plus de 150 pays y participent chaque année. De grandes entreprises, des organisations non gouvernementales tel que l’Alliance GSAC, des communautés, des gouvernements et des célébrités du monde entier adoptent la marque de la Journée mondiale de l’environnement pour défendre les causes environnementales.

Ce samedi 05 juin 2021 c’est sous le thème  « la restauration des écosystèmes » que le Pakistan accueillera les hôtes du jour.

La Journée mondiale de l’environnement 2021 verra le lancement de la Décennie des Nations unies pour la restauration des écosystèmes. La restauration des écosystèmes peut prendre de nombreuses formes : planter des arbres, verdir les villes, réaménager les jardins, changer les régimes alimentaires ou assainir les fleuves et les côtes. Nous sommes la génération qui peut faire la paix avec la nature.

Pour plus d’information cliquez sur: https://fr.unesco.org/commemorations/environmentday

 

EN FR