Notice: Function wpdb::prepare was called incorrectly. The query argument of wpdb::prepare() must have a placeholder. Please see Debugging in WordPress for more information. (This message was added in version 3.9.0.) in /htdocs/wp-includes/functions.php on line 5865
Archives des Focus - Alliance pour la Conservations des Grands Singes en Afrique Centrale
Category

Focus

Great Apes conservation in times of Crisis

By Actualités, Actualités des membres, FocusNo Comments

Great Apes conservation in times of Crisis

In the Lebialem Highlands of Southwest Cameroon, the Environment and Rural Development Foundation-ERuDeF with funding from Arcus Foundation launched its conservation efforts to provide long term protection of great apes species populations in 2010 with focus on Cross River Gorillas and the Nigeria-Cameroon chimpanzees which are located in the Tofala Hill Wildlife Sanctuary (THWS) in Southwest Cameroon. The Lebialem highlands in Cameroon and Nigeria are home to these primates considered as the world’s most critically endangered primates especially the Cross River GorillaImage of Cross River Gorillas captured through camera trap. Picture Credit: Arcus Foundation.

The project is a collaboration between the government of Cameroon, conservation organizations, and local communities. The goal is to conserve the critically endangered Cross River Gorilla primarily and the Nigeria-Cameroon Chimpanzee populations and their habitat, while also improving the livelihoods of local communities. It uses a multi-faceted approach that involves conservation education, community engagement, and sustainable development.

One of the key components of the project is conservation education. The project has worked with local schools to teach students about the importance of conservation and the role that the Cross River Gorilla and Nigeria-Cameroon Chimpanzee play in the ecosystem. It has hosted community events and workshops to raise awareness about the importance of conservation.

This great ape conservation initiative has already achieved some notable successes. For example, the project has helped establish a protected area in the Lebialem Highlands that is home to both primates. In its 15 year vision, it envisages that a total surface area of 130,482 ha would be collectively protected and managed in these highlands to secure and ensure genetic connectivity and migration among species. This is leading to the protection of 60 cross river gorilla sub population, 1000 Nigeria-Cameroon Chimpanzees, 200 African forest elephants as well as other IUCN Red list species such as Drills, Preuss’s monkey, many species of birds, amphibians and reptiles. Through the Community Ranger Support Program that aimed at training at least 12 community rangers who will monitor and enforce laws that protect the primates and their habitat, illegal hunting and logging in the area drastically reduced.

The project had established community-based patrols that helped to deter poachers and illegal loggers. Through the ERuDeF Community Ranger Support Project, community Rangers were trained on bio monitoring techniques as in the use of GPS and setting of camera traps and registering of data coordinates as they patrol the highlands thoroughly to determine the movements of these primates and protect them from humans.

This project has demonstrated how possible it is to protect critically endangered species while also improving the livelihoods of local communities. However, there is still much work to be done to ensure the survival of the Cross River Gorillas and Nigeria-Cameroon Chimpanzees especially with the on-going armed conflict in the English speaking part of Cameroon which happens to be where the Lebialem Highlands is found as well as the project site.

EASTERN CAMEROON BIODIVERSITY INITIATIVE: Designing the Great apes migratory corridor

By Actualités, Actualités des membres, FocusNo Comments

EASTERN CAMEROON BIODIVERSITY INITIATIVE: Designing the Great apes migratory corridor

In 2020, the Environment and Rural Development Foundation-ERuDeF launched the Deng-Deng Belabo Gorilla Conservation Corridor Project in Eastern Cameroon to ensure the free movement of key stone species identified in the landscape such as Western lowland gorillas, central chimpanzees and African Forest  Elephants and at the same time assisting communities in these areas to create their community forests. One of the most significant components of this initiative is the creation of  Great Apes migratory corridor. The Great Apes migratory corridor initiative sought to create a continuous forested corridor that will allow the great apes to migrate freely between different forested areas. Pic. 1 Western Lowland Gorilla captured from camera. Picture credit: World Land Trust

The Eastern Region of Cameroon is one of the last remaining strongholds of the great apes, including the Western Lowland Gorilla and the Central Chimpanzee. These great apes are facing a growing threat due to habitat fragmentation, hunting, and other human activities. This project is addressing these threats by creating a safe and continuous forested corridor that will allow the great apes to migrate freely between different forested areas. This corridor is about 400 km long and will connect the Deng-Deng National Park in the Lom and Djerem Division to the Dja Biosphere Reserve in the Haut-Nyong Division, all in Eastern Cameroon and will also benefit other wildlife species that depend on the forested habitats, such as African forest elephants, white bellied pangolins, and various species.

To achieve these goals, the Great Apes migratory corridor project involved several key activities. The first step was to identify the most suitable areas for the corridor and to conduct a thorough ecological assessment of these areas. This assessment involved mapping the vegetation types, identifying key wildlife species, and assessing the threats and opportunities for the corridor. Based on this assessment, the project team then designed and implemented a range of conservation activities, such as forest restoration, anti-poaching patrols, and community engagement programs.

One of the critical success factors of the Great Apes migratory corridor project is community engagement. By involving them in the project, the team has created a sense of ownership and pride in the conservation efforts, which is enhancing the long-term sustainability of the project.

Also, the Great Apes migratory corridor project is a collaborative effort involving several organizations, including the Cameroon Ministry of Forestry and Wildlife, ERuDeF as the lead organisation and the World Land Trust as the funder of the project since 2020. This collaboration has ensured that the project is well-coordinated and has access to a range of expertise and resources. It also helps to leverage the support of different stakeholders, including governments, NGOs, and the private sector, to achieve the project’s goals.Pic.2. Partial view of the corridor. Picture credit: ERuDeF

Another interesting prospect in this project is the development of a carbon finance mechanism which will involve a combination of council forests that are expected to secure at least 50,000ha of land. It should be noted that the project named the Deng-Deng Belabo Conservation Corridor Project cuts across four councils in the East region namely; the Belabo council, the Doume council, the Abong-mbang council and the Mindourou council.

Overall, the Great Apes migratory corridor project is a critical initiative that has the potential to make a significant impact on the biodiversity of the Eastern Region of Cameroon and provide a model for future conservation initiatives in the region and beyond.

Certification Biologique des agro-forêts à base de cacao pour la protection de la biodiversité et des grands singes

By Actualités, Actualités des membres, FocusNo Comments

Certification Biologique des agro-forêts  à base de cacao pour la protection de la biodiversité et des grands singes

Dans le cadre du projet ECOFAC6, Tropical Forest and Rural Development a accompagné les producteurs de cacao de la boucle du Dja dans la réhabilitation de leurs anciennes plantations et la création de nouvelles plantations d’agroforesterie à base de cacao sur des terres en jachère. Ce processus s’est étendu sur les cinq (05) dernières années et a permis d’améliorer considérablement la qualité et la quantité de cacao produite. Cette augmentation significative de la production a eu un impact positif sur la vie des producteurs, leur permettant de réaliser des projets de grande envergure tels que la construction de maisons, l’achat de motos, l’achat de tôles en aluminium et la scolarisation des enfants.

Par ailleurs, dans le souci de protéger les grands singes dans ces champs d’agroforesterie à base de cacao, TF-RD a lancé la campagne cacaoyère 2023 avec une certification biologique (ECOCERT). Cette initiative vise à améliorer encore davantage les conditions de vie des communautés grâce à une production biologique exempte de tout intrant chimique, tout en sensibilisant ces communautés aux bienfaits de la culture biologique et à l’importance de protéger la diversité biologique, en particulier des grands singes dans les plantations cacaoyère.Il convient de noter que ce projet a été réalisé avec le soutien financier de l’Union Européenne et vise à renforcer la gestion durable des aires protégées et des écosystèmes forestiers dans les 10 pays de l’Afrique centrale. ECOFAC6 est la sixième phase du programme ECOFAC, lancé en 1992, et vise principalement à renforcer les capacités des gouvernements, des communautés locales et des acteurs de la société civile pour la gestion durable des ressources naturelles en Afrique centrale.

Le projet ECOFAC6 met l’accent sur la promotion de l’écotourisme, la gestion participative des ressources naturelles, la lutte contre la déforestation et la gestion des aires protégées. Il contribue également à renforcer la gouvernance forestière et à lutter contre le commerce illégal d’espèces de la faune et de la flore sauvages.

Copyright des images : Tropical Forest and Rural Development

Projet de mise en place des champs de manioc dans la CFCL-RM : cas des villages Embirima, Nko et Nkala

By Actualités, Actualités des membres, FocusNo Comments

Projet de mise en place des champs de manioc dans la CFCL-RM : cas des villages Embirima, Nko et Nkala

Suite aux alertes des communautés locales de la chefferie des Batéké nord concernant les problèmes de pourriture des racines de manioc dans leurs champs, Mbou Mon Tour a mis en place un projet de culture de manioc dans les villages d’Embirima, Nko et Nkala de la CFCL-RM. Ce projet, soutenu par Bonobos World, a pour objectif d’aménager des parcs à bois avec des boutures de manioc résistantes à la pourriture et à la mosaïque.

Pour résoudre les problèmes de faible productivité du manioc, causés par des agents pathogènes du sol, Mbou Mon Tour a introduit une nouvelle variété de manioc provenant du plateau de Batéké dans les hinterlands de Kinshasa. Le premier parc à bois de 7 ha a été aménagé à Embirima en 2021 et a servi de base pour la mise en place de 8 ha supplémentaires répartis entre les trois villages en 2022.

Les boutures ont été distribuées à 120 ménages bénéficiaires qui ont réussi à aménager et implanter 27 ha de champs. La récolte a commencé en février 2023 et les techniciens de Mbou Mon Tour accompagnent les communautés dans la récolte et la transformation de leurs produits agricoles. Le projet a considérablement contribué à la sécurité alimentaire des ménages, car la production en tubercules est consommée à 80 % par les ménages et 20 % est vendue. Les résultats obtenus sont encourageants, car sur les 7 ha du premier parc à bois, 700 paniers (soit 17,5 tonnes) ont été produits au prix de 8000 FC (4$ USD) le panier. De plus, la production en boutures du premier parc à bois d’Embirima est de 120 m3. Concernant les autres parcs à bois (Nkala et Nko) aménagés en 2022, les récoltes seront bientôt lancées.

 

Foresterie Communautaire : Correction des anciennes affectations de la CFCL Banisamani par la cartographie à 3D

By Actualités, Actualités des membres, FocusNo Comments

Foresterie Communautaire : Correction des anciennes affectations de la CFCL Banisamani par la cartographie à 3D

Pendant trois jours, les membres de la CFCL BANISAMASI ont été outillés sur l’importance de l’utilisation de la cartographie à trois dimensions dans le cadre de l’amélioration de la gouvernance territoriale des CFCL à reliefs variables situés autour du parc national de Kahuzi Biega. Organisé par l’ONG FODI, cet atelier de renforcement des capacités a permis aux membres de la CFCL Banisamasi de réaffecter l’utilisation des terres tout en prenant en compte les reliefs et de l’étude du sol. Cette rencontre s’est tenu le mardi, 06 décembre 2022 à Itebero (dans le Secteur des Bakano), à l’issue d’un atelier de validation du microzonage de la concession forestière des communautés locales Banisamasi. Cette validation s’est fait après l’atelier d’outillage des participants sur la cartographie à trois dimensions, animé par Alphonse WALA, Secrétaire exécutif de l’organisation GeoFirst, venu de Kinshasa pour la cause. La cartographie à trois dimensions a permis aux membres de cette CFCL de découvrir les zones montagneuses afin de réaffecter les terres conformément à ses objectifs de gestion. D’après l’orateur principal de cet atelier, la cartographie à trois dimensions est très importante dans le microzonage des Concessions Forestières des Communautés Locales car elle répond aux difficultés des zones qui ont des reliefs variés.

« Ici nous sommes à Walikale, précisement à Itebero, vous vous rendez compte qu’il y a beaucoup de montagnes, si, dans le cadre de la CFCL on fait le plan simple de gestion en utilisant la cartographie à deux dimensions, on va oublier les réalités qu’il y a par rapport aux montagnes. Donc on peut faire des affectations sur des montagnes sans le savoir, or ce sont des zones qui ne seront pas utilisées pour des fins que les communautés pourront les destiner. Et la cartographie à 3 D permet d’avoir la réalité du terrain et prendre des décisions sur le microzonage en toute connaissance de cause, » a-t-il expliqué.Après avoir pris connaissance des réalités des reliefs de leur CFCL, les membres de la CFCL Banisamasi ont validé 8 microzones, épargnant les zones montagneuses situées au Sud-Est de la CFCL des activités agricoles, qui est d’ailleurs l’habitat des chimpanzés de l’Est. Cette réaffectation sera intégrée dans le plan simple de gestion en cours de rédaction.

Rappelons que cet atelier qui a également bénéficié de la participation des autorités locales et des membres d’autres CFCL voisines de Banisamasi s’inscrit dans le cadre du projet « Conservation des gorilles de Grauer dans la CFCL Banisamasi et redynamisation des coopératives CABA et UMOJA » Un projet soutenu par PPI et en cours de réalisation par L’ONG FODI en territoire de Walikale au Nord-Kivu en RDC.

Formation de 47 bergers en culture fourragère à Linte

By Actualités, Actualités des membres, FocusNo Comments

Formation de 47 bergers en culture fourragère à Linte (Parc National Mpem et Djim_Mars 2023)

Le Parc National de Mpem et Djim est situé dans la région du Centre, département du Mbam et Kim, arrondissement de Yoko. Il a une superficie de 97 480 ha et est de forme circulaire. Le parc est délimité par des cours d’eau et est situé dans la zone d’écotone, ce qui lui confère une grande richesse d’habitats et de diversité spécifique. Le pastoralisme est l’une des principales activités économiques pratiquées dans la périphérie du parc, mais l’absence d’un plan d’affectation des terres et l’envahissement des zones de pâturage traditionnel par les espèces végétales invasives, ainsi que l’arrivée des transhumants en saison sèche ont entraîné des conséquences négatives sur la biodiversité du parc.

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet « conservation de la biodiversité à travers la sédentarisation de l’élevage », soutenu par PPI, SEKAKOH a organisé un atelier de formation en culture fourragère en mars 2023 dans le parc. L’objectif était d’appuyer la pérennisation de l’élevage semi-sédentaire dans la zone périphérique du parc tout en réduisant son impact négatif sur l’habitat et la faune de l’aire protégée.

L’atelier a rassemblé 47 bergers et a eu pour thème la promotion de la culture fourragère dans les villages riverains du parc pour réduire l’impact négatif de l’élevage sur la biodiversité et les conflits entre les agriculteurs, les éleveurs et les éco-gardes. La formation a été organisée en deux phases : une phase théorique en salle basée sur des présentations PowerPoint, des échanges et des débats, suivie d’une phase pratique sur la mise en œuvre proprement dite. Cette phase pratique a abouti à la mise en place d’une pépinière de pâturage avec les berges voisines du parc dans un site pilote. Les participants ont adopté des pratiques qui leur permettront de réduire leur impact sur la biodiversité du parc et de prévenir les conflits entre eux.

Au lieu des 30 bergers initialement prévus, l’atelier a finalement bénéficié de la participation de 47 bergers, qui ont tous reçu une formation et un certificat de participation.

   

Copyright des images : SEKAKOH

02 membres de l’Alliance GSAC prennent part au One Forest Summit 2023

By Actualités, Actualités de l'Alliance, FocusNo Comments

02 membres de l’Alliance GSAC prennent part au One Forest Summit 2023

Du 1er au 2 mars 2023, Tropical Forest and Rural Development et Mbou Mon Tour ont pris part au One Forest Summit qui s’est tenus à Libreville au Gabon. Co-organisé par la France et le Gabon, Premier Sommet mondial pour la protection des forêts tropicales a réuni les chefs d’État, communauté scientifique, jeunesse africaine, chefs d’entreprises, populations autochtones, et dirigeants de l’UNESCO, de l’UICN, du Fonds pour l’environnement mondial et du Fonds vert pour le climat.Au cours de la rencontre, Jean -Christophe Bokika, président exécutif de l’ONG Mbou Mon Tour fait partie des rares personnalités invitées ayant pu intervenir lors du panel de haut niveau, en présence d’une dizaine de chefs d ‘État et de gouvernement. En effet, Mbou Mon Tour intervient dans un territoire présentant une forte densité de bonobos, territoire de Bolobo (Maï-Ndombe), mais malheureusement sont en très grand danger aujourd’hui. Dans son allocution, Jean Christophe Bokika Ngawolo a ainsi expliqué comment face aux différentes menaces qui pèsent sur les forêts et sur les bonobos, les communautés de 9 villages ont décidé de se mobiliser à travers la création des premières forêts communautaires du bassin du Congo dans lesquelles sont développées des activités de recherche et écotouristiques : « les communautés locales sont de grandes protectrices des forêts et de la biodiversité. Aujourd’hui en République démocratique du Congo, la législation congolaise donne la possibilité aux communautés locales de créer des forêts communautaires. Mais les dernières statistiques du ministère de l’environnement prouvent que plus de 70 % des requêtes concernent la conservation de la biodiversité. Or, les communautés auraient dû en profiter pour détruire, comme certains le pensent, mais elles ont pris l’option de créer des forêts communautaires pour protéger la biodiversité »

Il a poursuivi son intervention par un plaidoyer pour une plus grande implication des communautés locales dans les décisions majeures : « Nous pensons qu’une action de conservation qui s’est faite sans l’implication en amont et pendant l’exécution du projet des communautés locales est vouée à l’échec. Il faut associer la communauté ».

« Le bonobo est considéré chez nous comme un humain. La légende dit qu’il habitait avec les hommes. C’est parce qu’il n’arrivait pas à « honorer sa dette » qu’il a préféré se réfugier dans la forêt. » a-t-il expliqué.Alors, pour terminer sa brillante intervention, le président de Mbou Mon Tour a saisi l’occasion pour demander une meilleure reconnaissance des savoirs ancestraux dans la protection des bonobos devant les dirigeants mondiaux.

« J’en profite, comme le Premier ministre de mon pays est là, qu’une telle coutume qui a su protéger les bonobos à seulement 300 km au nord de Kinshasa soit inscrit au rang de patrimoine national et que demain ou après-demain, que le gouvernement adresse une requête à l’Unesco pour que cette coutume soit inscrite au patrimoine mondial de l’humanité comme on l’a fait avec la rumba ».

                                 

 

 

 

 

Renforcement des capacités de 15 pisteurs communautaires sur l’utilisation des outils de navigation et de collecte des données sur les Bonobos au sud de Bansankusu, République Démocratique du Congo

By Actualités, Actualités des membres, FocusNo Comments

Depuis la création de GACEBB en Avril 2013 jusqu’à ce jour, toutes les activités entrepris par GACEBB visent à réduire les pressions anthropiques et écologiques qui pèsent sur les bonobos de la région du Sud de Basankusu à travers le développement de l’agriculture durable, l’élevage, l’agroforesterie, l’éducation environnementale, le suivi écologique la recherche-développement etc.

L’approche de conservation adoptée par GACEBB est celle communautaire basée sur la prise en compte du Consentement Libre des Populations locales.

C’est dans ce contexte que grâce au financement de la Global Greengrants Fund, à travers le projet : « Gestion communautaire des ressources naturelles dans la région du sud du territoire de Basankusu en RD Congo », GACEBB a procédé à la formation de 15 pisteurs communautaires Communautaires sur la méthodologie de collecte et de valorisation de données d’inventaire sur les Bonobos et leurs habitats.

Cette formation s’est effectuée sur 3 sites prioritaires identifiés par GACEBB pour le Suivi Ecologique des Bonobos (SEB) de sa zone d’intervention (Ikela, Etate et Fonde) grâce à l’expertise de Mr. Marius KABONGO TUMBA, Chercheur en Biologie de la conservation attaché à l’ICCN.

Le projet visait également d’autres objectifs tels que la mise en place de 4 étangs piscicoles pilotes des Parachanna obscura (espèce de gros poisson) et l’accompagnement des communautés de Wala et Wamba sur le processus de la foresterie Communautaire.

Au terme de la formation, les 15 pisteurs sont désormais capables de naviguer en forêt sans observance d’aucun obstacle et de collecter avec précision et professionnalisme les données sur les bonobos, leurs espèces accompagnatrices et leurs habitats.

Crédit photo/GACEBB

ESI Congo poursuit la mise en œuvre d’une étude sur l’alimentation des gorilles des plaines de l’Ouest et des chimpanzés communs dans le district de Kakamoeka,

By Actualités des membres, FocusNo Comments

Cette étude a démarré en 2016, et s’inscrit dans le biomonitoring mené par l’association.  Son objectif est de vérifier l’existence d’espèces végétales indispensables à la survie des grands singes et d’identifier celles qui ont un intérêt commun pour les humains et nécessitent d’être partagées. À terme, les résultats permettront de travailler en concertation avec les exploitants forestiers et les populations locales afin de favoriser le partage et le maintien de ces espèces clefs importantes pour la survie des grands singes.

À la suite d’une étude ethnobotanique menée depuis 2016 auprès des communautés locales de 6 villages entourant la zone de projet, des inventaires floristiques ont été réalisés ainsi qu’un échantillonnage d’une quarantaine d’espèces confirmées par les témoignages locaux comme étant consommées par les grands singes. Ces échantillons sont conservés en herbier.

L’étude menée actuellement a pour objectif de vérifier les résultats de ce travail et de le poursuivre en analysant directement le régime alimentaire des grands singes à partir de l’étude et l’identification des graines collectées dans leurs fèces.

Deux phases de terrain sont prévues pour cette année 2022, en saison sèche et en saison des pluies, afin de prendre en compte les différences et les adaptations des régimes alimentaires des grands singes en fonction de la saisonnalité qui influence la disponibilité en fruits.

Cette étude est menée par un binôme composé d’une volontaire internationale venue en appui au Pôle Scientifique d’ESI Congo, ainsi que d’un stagiaire congolais diplômé en ingénierie forestière.

Ce projet est soutenu par la fondation Jana Robeyst Trust Fund et le Parc animalier de La Vallée des Singes à travers le Conservatoire pour la Protection des Primates.

      Copyright des images : ESI Congo / Julia Hégèdus

Copyright des images : ESI Congo / Julia Hégèdus

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mbou-Mon-Tour lauréat du Prix Equateur 2022

By Actualités des membres, FocusNo Comments

C’est l’histoire d’une organisation locale qui sort du lot. Après le prestigieux prix Ashden reçu en 2021, à Glasgow, l’Ong Mbou-Mon-Tour est parmi les dix lauréats du prix Equateur 2022. L’annonce a été fait par le PNUD et ses partenaires, ce 09 août 2022. Il s’agit de lauréats du 13ème Prix Équateur, qui récompense dix peuples autochtones et communautés locales de neuf pays.

L’ONG Mbou-Mon-Tour (MMT) fait désormais partie d’un réseau prestigieux de 264 lauréats du Prix Équateur qui ont reçu cette reconnaissance du PNUD à ce jour. Un motif de joie et de fierté pour les congolais, plus particulièrement pour les membres du MMT et les communautés locales du Territoire de Bolobo, Province de Maï-Ndombe en République Démocratique du Congo, pour la reconnaissance de leur innovation dans la conservation des Bonobos et de leur habitat.

« En fait, cette organisation a mis au point un système de conservation des écosystèmes dirigé par les communautés locales en RDC, qui favorise la coexistence des peuples autochtones et des communautés locales avec les populations locales de bonobos, dans cette partie de la RDC. Et ce, à travers les concessions des forêts des communautés locales (CFCL), spécialement conçues pour protéger la biodiversité indigène et respecter les coutumes locales », avancent les organisations.

Les lauréats de cette année mettent en avant le thème de la Journée internationale des peuples autochtones : « Le rôle des femmes autochtones dans la préservation et la transmission du savoir traditionnel ».

Quatre des lauréats du Prix Équateur de cette année sont des initiatives dirigées par des femmes, tous les dix promeuvent l’égalité des sexes dans leur communauté, et toutes montrent l’importance de placer les connaissances traditionnelles et les solutions fondées sur la nature au cœur du développement local. Les organisations lauréates démontrent comment des solutions innovantes, fondées sur la nature, peuvent permettre aux communautés d’atteindre leurs objectifs, même en période de chocs économiques, environnementaux, politiques et de santé publique.

« Depuis 20 ans, les lauréats du Prix Équateur ont montré que les communautés locales mettent déjà en place les transformations économiques et de développement dont nous avons besoin pour parvenir à un avenir positif pour la nature pour tous. Aujourd’hui plus que jamais, il est temps d’imiter leur leadership et de soutenir leurs efforts. Nous sommes reconnaissants aux dix lauréats du Prix Équateur pour l’inspiration qu’ils nous apportent, et nous sommes reconnaissants au gouvernement norvégien pour son généreux soutien à l’Initiative Équateur », a déclaré Francine Pickup, directrice adjointe du Bureau de l’Appui aux Politiques et aux Programmes du PNUD.

Parmi les lauréats de cette année, on trouve un groupe d’organisateurs de terrain dirigé par des femmes autochtones qui protège les jaguars par le biais d’un plaidoyer politique et culturel ; une coalition de tribus indigènes qui rend le domaine de la recherche sur la conservation plus ouvert aux communautés locales ; une organisation locale de justice environnementale à la pointe des efforts internationaux pour conserver et protéger des points chauds de biodiversité vitaux – les mangroves ; et un projet forestier à gestion communautaire qui protège les moyens de subsistance locaux tout en sauvegardant le Bonobo, une espèce menacée.

La célébration des lauréats du Prix Équateur aura lieu à la fin du mois de novembre pendant le Nature for Life Hub du PNUD, juste avant la conférence mondiale sur la biodiversité, longtemps retardée.

Conservation : Mbou-Mon-Tour parmi les 10 lauréats du Prix Equateur 2022 

EN FR