Alliance pour la Conservations des Grands Singes en Afrique Centrale

Mbou-Mon-Tour a pris part à la 20ème réunion des parties du Partenariat pour les forêts du Bassin du Congo (PFBC) co-facilitée par la France et le Gabon, qui s’est tenue du 3 au 5 juin 2024, à Kinshasa, en République Démocratique du Congo,

Durant trois jours, plus de 500 personnes – experts et représentants des organisations environnementales venus de plusieurs pays d’Afrique et d’ailleurs ont réfléchi autour du thème central : ‘‘accélérer la protection et la gestion durable des écosystèmes forestiers d’Afrique centrale’’ ainsi que sur des solutions innovantes susceptibles d’assurer la protection des forêts du Bassin du Congo.

Pour cette 20e réunion des parties, les réunions en plénière ont été enrichies par les événements parallèles et de réseautage. C’est dans ce cadre que Synchronicity Earth, une ONG environnementale britannique a organisé un « side event » axé sur la Protection des bonobos, la sécurisation des terres coutumières, la promotion de l’agroforesterie et le développement local. L’organisation britannique a ainsi permis à quatre organisations locales de la RDC et du Cameroun, bénéficiaires de son appui, à savoir : Mbou-Mon-tour, le Réseau CREFGDA, CFLEDD, à partager leurs expériences, succès et limites en matière de gestion forestière communautaire.

A cet occasion, Jean Christophe Bokika, Président de l’ONG Mbou-Mon-tour (MMT),  a partagé l’expérience de son organisation dans la sauvegarde des bonobos et de leur habitat. Il s’est appesanti sur l’approche innovante mise en œuvre par son organisation, une approche qui permet d’assurer une cohabitation pacifique entre les bonobos et les communautés locales.

Jean Christophe a révélé à l’auditoire la clé du succès du modèle MMT qui repose, notamment, sur l’implication des populations locales dans la conservation des bonobos et de leur habitat ainsi que la conciliation des besoins de conservation avec ceux du développement des communautés riveraines aux sites des Bonobos. C’est ce leitmotiv qui guide le choix de différentes activités que MMT développe en collaboration avec les communautés. Au nombre de ces activités, nous pouvons citer :

  • Le suivi quotidien des bonobos par les guides 

En fait, les guides commis à cette tâche sont recrutés parmi les communautés locales riveraines des sites des bonobos, ils bénéficient régulièrement d’une formation leur permettant d’assurer le suivi des bonobos, ils sont équipés et reçoivent une rémunération grâce aux différents partenaires de MMT.

  • Eco-tourisme

Les touristes désireux d’observer les bonobos dans leur milieu naturel ont l’opportunité de visiter les bonobos habitués à la présence humaine sous l’accompagnement des guides de MMT.  Ils ont aussi l’occasion d’échanger avec les communautés impliquées dans la protection de ces bonobos. Ils sont ainsi témoins du succès de l’implémentation de l’approche de MMT.

  • Le développement des activités agricoles :

MMT a sensibilisé les populations locales sur l’importance de cultiver dans la savane et non dans la forêt afin de protéger le bonobo et son habitat. Ensuite, l’organisation a procédé en collaboration avec les communautés, à l’installation des parcs à bois des boutures de manioc dans la savane. Cette installation des parcs à bois a permis non seulement à réorienter la culture de manioc de la forêt vers la savane, mais aussi de sécuriser les habitats du bonobo, d’assurer la sécurité alimentaire et d’augmenter les revenus à base de manioc.

Faisant échos aux propos de la Ministre d’État en charge de l’Environnement et du Développement durable, Éve Bazaiba Masudi, sur la nécessité de prendre en compte les besoins des populations forestières, Jean Christophe Bokika a insisté sur la prise en compte des besoins des populations locales pour la réussite des projets de conservation.

 

Leave a Reply

EN FR