Notice: Function wpdb::prepare was called incorrectly. The query argument of wpdb::prepare() must have a placeholder. Please see Debugging in WordPress for more information. (This message was added in version 3.9.0.) in /htdocs/wp-includes/functions.php on line 5865
Archives des Actualités des membres - Page 2 sur 5 - Alliance pour la Conservations des Grands Singes en Afrique Centrale
Category

Actualités des membres

Séjour écotouristique au service de la conservation de la biodiversité

By Actualités des membresNo Comments

Image des touristes et l’équipe en charge de l’activité

Après une longue pause technique d’environ un (01) an, l’ONG ESI Congo annonce la réouverture de ses circuit écotouristiques.

En effet, du 22 au 26 Septembre, s’est effectué le premier séjour écotouristique de l’année 2023 dans les forêts de Loaka (district de Kakamoeka). La demande écovoyageurs sur cette zone demeure et cela démontre de l’attractivité naturelle, historique et culturelle de ses forêts à grands singes. L’écotourisme est une activité appréciée par les communautés locales car elle génère des revenus pour les personnes impliquées dans l’organisation et la gestion des tours, telles que les guides, les mamans qui font à manger et les piroguiers. De plus, une partie des bénéfices est reversée à une caisse communautaire, ce qui contribue à soutenir la vie locale.

Cet activité d’écotourisme est très bénéfique pour les communautés locales, car elle génère des revenus pour les personnes impliquées dans l’organisation et la gestion des tours, telles que les guides, les mamans qui font à manger et les piroguiers. De plus, une partie des bénéfices est reversée à une caisse communautaire, ce qui contribue à soutenir la vie locale.

Le groupe de touristes qui a participé au premier séjour écotouristique de l’année 2023 dans les forêts de Loaka a eu la chance de voir des nids frais de gorilles et de chimpanzés, ainsi qu’une tortue de forêt et un cercocèbe agile. L’ambiance était imprégnée des vocalisations de grands singes, rappelant l’emprise de ces espèces charismatiques sur ces forêts.

Au-delà de son intérêt socio-économique, l’écotourisme demeure un instrument de sensibilisation et d’attractivité pour le public dont une partie finie par devenir des touristes. l’écotourisme est une activité qui a de nombreux avantages socio-économiques pour les communautés locales et offre également une expérience enrichissante pour les touristes qui cherchent à découvrir la nature et à soutenir les moyens de subsistance des communautés locales.

Image d’une tortue de forêt observée par les touristes

 

Agroforesterie à base de cacao comme alternative aux activités illégales

By Actualités, Actualités des membresNo Comments

L’agroforesterie à base de cacao fait partir des filières de résilience qui a été mis en place par Tropical Forest and Rural Development (TF-RD) comme alternative génératrice de revenus pour pallier aux activités illégales tel que le braconnage (en particulier celui des grands singes), dans les régions situées en périphérie de la faune du Dja.

A cet effet, Les producteurs de cacao de la boucle du Dja, dans l’arrondissement de Somalomo, ainsi que ceux de la zone historique de TF-RD, dans l’arrondissement de Messamena, bénéficient d’un accompagnement dans la création de plantations d’agroforesterie à base de cacao sur des vielles jachères et anciennes plantations.

Grâce à cet accompagnement, les producteurs sont en mesure de mettre en place des systèmes agricoles durables. De plus, des séances de renforcement des capacités sont régulièrement organisées pour améliorer les pratiques agricoles, des suivis sont effectués pour garantir de meilleurs rendements. Et pour réduire les conflits homme/faune , ces planteurs riverains sont sensibilisés et des discussions constructives sont organisées pour trouver des solutions durables.

Au cours des 5 dernières années, TFRD a accompagné 300 producteurs dans la création de plantations d’agroforesterie et leur a fourni des séances de renforcement des capacités pour améliorer leurs pratiques agricoles. Avec une superficie de 288 hectares, la production de cacao a atteint 99 043 tonnes, générant un revenu de 85 132 400 FCFA.

TF-RD montre ainsi son engagement envers la préservation de la nature et le soutien aux communautés locales, en favorisant des pratiques agricoles respectueuses de l’environnement et en offrant aux producteurs une source de revenus viables et durables.

Preventing Great Apes Species Inbreeding and Local Extinction : PSILE Project Cameroon

By Actualités, Actualités des membresNo Comments
The human pressure characterized by increasing urbanization, conversion of habitats to small-scale farms and industrial scales through land grabbing and acquisition of forestry operations at different scales accelerate habitat fragmentation and prevent migration of northern wildlife of Cameroon, in eastern Cameroon, chimpanzees and forest elephants from Africa.
It is within this context of ecological fragmentation and disintegration that the preventing species Inbreeding and Local Extinction Project (PSILC Project Cameroon) is being conceived by Erudef Cameroon. PSILE Project would be located in three sites namely:
– Western Cameroon with focus on Cross River Gorillas, Africa Forest Elephant and Nigeria-Cameroon Chimpanzees
– Western lowland gorillas, Africa Forest elephants and central chimpanzees in Eastern Cameroon and
– The large cats and savannah elephants in Northern Cameroon.
For each of the sites, the current and existing ecological and migration corridors would be investigated mapped and protected through the creation of community forests. Community forests are best forms of land acquisitions that local communities would be most ready to welcome.
The specific objectives of the project would include.
– To map and establish the migratory sites for the migratory species through the use of GIS and Remote Sensing
– To support the creation and management of community forests and other sustainable land use forms acceptable to the local community and stakeholders.
– To set up a community-based tourism to increase the economic and financial value of the key wildlife species being supported in the ecological corridors.
– To facilitate the creation and operationalisation of the community forestry fund for local Community Development (CFFLCD) as a long term financial funding mechanism to support the financing of the ecological corridors and community forests along the ecological corridors.
And the intended impacts are:
– The Eastern Cameroon ecological corridor of over 700000ha would be secured linking three key protected areas of Mbam Djerem National Park, Deng Deng National Park and Dja Biosphere Reserve
– In Western Cameroon, ecological corridor of over 50000ha would be secured linking Tofala Hill Wildlife Sanctuary (30 Cross River gorillas), Mwambi Hills (20 Cross River gorillas). Takamanda NP (100 Cross River gorillas) and Kagwane Gorillas Sanctuary (20 Cross River gorrilas) would be saved from being trapped to inbreeding and sites extinction in Cameroon.

Réouverture du site touristique Mbani

By Actualités, Actualités des membresNo Comments

L’ONG PROGRAM a récemment annoncé la réouverture du site Mbani situé dans la zone tampon du Parc National Moukalaba Doudou (PNMD) pour répondre aux attentes des touristes et de l’Association Tu Gho Kond de la communauté du village de Doussala. Rappelons que ce site touristique a été découvert par Guy Roger IBOULI et ses équipes de l’ONG PROGRAM en 2014, et a malheureusement été fermé juste après 4 ans d’exploitation, en 2019,  en raison de la pandémie (COVID 19) ainsi que de la fermeture des accès routiers.

Désormais, les visiteurs/touristes qui souhaitent se rendre au site Mbani devront prendre une pirogue pendant 3 heures, puis marcher pendant 2 heures à travers les savanes et les forêts. Tout au long de leur parcours, ils pourront observer une grande variété d’animaux, notamment des éléphants, des hippopotames, des crocodiles, des singes, des buffles (y compris des buffles albinos) et des traces fraîches de gorilles, etc. Ils pourront également pêcher et déguster du poisson frais pendant leur séjour dans un camp aménagé sous bâche au bord de la rivière Mbani.

Le camp de saison sèche installé au bord de l’eau est actuellement en cours de démantèlement pour la réinstallation d’un camp permanent au bord de la plaine. La particularité du site Mbani est que les visiteurs peuvent observer les animaux toute l’année, en particulier lors des promenades le long des rives.

Sur les traces des gorilles et des chimpanzés de l’Est

By Actualités, Actualités des membresNo Comments

Dans l’objectif de contribuer à l’identification et au dénombrement des chimpanzés, des gorilles de grauer et d’autres espèces animales dans les concessions forestières des communautés locales de Bananzigha, Basengele et Kibu, Forêt pour le développement Intégral (FODI) a initié le projet « Sur les traces des gorilles et des chimpanzés de l’Est ». Ce projet vise non seulement à utiliser des pièges photographiques par les membres des communautés pour le suivi et la surveillance des gorilles et des chimpanzés présents dans la zone mais aussi à appuyer la redynamisation des coopératives agricoles pour la promotion des chaînes de valeurs de la filière palmier à huile, source principale de revenu dans la région.

À cet effet, l’organisation a acquis quatre (04) pièges à cameras, dont l’une a permis l’obtention du premier lot d’images, prises en avril 2023 grâce aux pièges photographiques posés par les moniteurs forestiers membres de la CFCL Banisamasi contiguë au parc national de Kahuzi Biega, en secteur des Bakano, Territoire de Walikale, province du Nord Kivu, en RDC. Par ailleurs, il est important de souligner qu’il a fallu quatre mois pour que ces premières images soient prises car les caméras ont été posées depuis janvier 2023. Cette latence se justifie malheureusement par le nombre limité des caméras posées.

Image  d’un moniteur forestier entrain de poser les cameras

C’est un jour nouveau pour les grands singes et en particulier les chimpanzés de l’Est ! Depuis l’octroie des concessions forestières aux communautés locales vivant autour du parc national de Kahuzi Biega, on note une nette amélioration de la baisse du braconnage et de la criminalité faunique des animaux vivant autour du parc. Trois (03) ans seulement après signature des arrêtés d’octroi des CFCL aux communautés locales, des témoignages viennent de partout disant que les animaux sont de retour, les chimpanzés sont de retour et les gorilles sont de retour. En février 2023, un groupe de Gorilles de grauer a empêché les élèves de Bangenengene de se rendre à Tulakwa pour étudier. Des effets similaires sont déjà ressentis dans la CFCL Kibu où les chimpanzés ravagent des champs et les petits gibiers sont de plus en plus abondants. Les premieres images capturées présentent une maman chimpanzé et son bébé. Les efforts de suivi sont toujours en cours dans l’espoir de localiser les gorilles de Grauer dont la présence est fortement soupçonnée.

Cette activité a été réalisée avec l’appui financier du comité Français de l’IUCN, dans son programme des petites initiatives (PPI).

Image  d’une maman chimpanzé portant son bébé

Sekakoh améliore les pâturages pour préserver l’habitat des chimpanzés Nigeria-Cameroun

By Actualités des membresNo Comments

Sekakoh améliore les pâturages pour préserver l’habitat des chimpanzés dans la région du Nigeria-Cameroun (près de Yaoundé)

 Le Parc National de Mpem et Djim est situé dans la région du Centre, département du Mbam et Kim, arrondissement de Yoko. Il a une superficie de 97 480 ha et est de forme circulaire. Le parc est délimité par des cours d’eau et est situé dans la zone d’écotone, ce qui lui confère une grande richesse d’habitats et de diversité spécifique. Le pastoralisme est l’une des principales activités économiques pratiquées dans la périphérie du parc, mais l’absence d’un plan d’affectation des terres et l’envahissement des zones de pâturage traditionnel par les espèces végétales invasives, ainsi que l’arrivée des transhumants en saison sèche ont entraîné des conséquences négatives sur la biodiversité du parc.

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet « conservation de la biodiversité à travers la sédentarisation de l’élevage », soutenu par PPI, SEKAKOH a organisé en mars dernier un atelier de formation en culture fourragère dans le parc. L’objectif étant d’appuyer la pérennisation de l’élevage semi-sédentaire dans la zone périphérique du parc tout en réduisant son impact négatif sur l’habitat et la faune de l’aire protégée.

Cette initiative de 30 mois visant à réduire considérablement la pression anthropique sur les habitats des chimpanzés au Nigéria-Cameroun (pt Ellioti) a initié l’attribution participative des zones de pâturages aux éleveurs dans les communes de Yoko et Ngoro par les résidents locaux (populations locales) et les autorités administratives, couvrant ainsi trois villages, à savoir Yangba, Linte et Kpourong.

C’est dans ce cadre que Sekakoh a établi une pépinière d’enrichissement des zones pâturages à Linte, pour enrichir les pâturages qui ont été attribués mais qui sont dégradés. Lors de la soumission et de la validation des cartes participatives aux autorités locales et à l’administration civile de la communauté du projet, l’équipe a fait une halte sur le site de la pépinière en cours.

A New Great Apes Conservation Landscape created in South West Cameroon

By Actualités des membresNo Comments

A New Great Apes Conservation Landscape created in South West Cameroon

The management of fragmented great apes sub populations as well as other globally protected species as a single management unit is one of the key management policy of the Republic of Cameroon. Such management units that span hundreds of thousands of hectares is considered as indispensable to the successful consolidation of fragmented habitats and subpopulations in highly human dominated landscapes. Such landscapes that englobe one or more protected areas are known as Technical Operational Units (TOU).

From 2016 through to 2023, ERuDeF and other conservation partners in the South West Cameroon notably the Ministries in charge of Wildlife and Environment with support from UN Environment launched the process for the gazettement of the last TOU in the SW Cameroon called the Bakossi-Banyang-Mbo-Nweh- Mundani (BBMNM) Technical Operational Unit covering over 530000 ha. In February 2023, the Prime Minister of Cameroon finally signed into law this new technical operational unit .

The new technical operational unit comprises of the Bakossi National Park, Banyang Mbo Wildlife Sanctuary, Tofala Hill Wildlife Sanctuary, Mt Muanenguba Herpetological Sanctuary, proposed Mt Kupe Integral Ecological Reserve and proposed Njoagwi-Fotabong III Essoh Attah Wildlife Sanctuary as well as several corridors. These protected areas and corridors collectively have over 2000 Nigeria-Cameroon chimpanzees, 60 Cross River Gorillas and a surface area of 530000 ha.

The signing of this new Decision by the Prime Minister of Cameroon provides a unified and harmonized coordination framework to support the long term sustainable management of great apes populations through the mullti-stakeholders approach.

Inventaire écologique au service de la conservation concertée des ressources naturelles de la forêt du Mayombe

By Actualités des membresNo Comments

 

Ouverture d’un transit

Dans le but de préserver les ressources naturelles de la forêt du Mayombe dans le district de Kakamoeka, un inventaire écologique a été réalisé dans le cadre de la création de la Réserve Forestière de Ntombo, la quatrième aire protégée terrestre du Congo. Cette zone présente diverses activités humaines telles que l’exploitation minière, pétrolière, agricole et la chasse. Afin de faciliter une approche concertée entre les parties prenantes pour définir et mettre en œuvre un plan de suivi écologique, ESI Congo a entrepris une série d’études écologiques à partir de décembre 2022 pour évaluer la situation.

Dans ce contexte, un inventaire écologique des gorilles des plaines de l’ouest, des chimpanzés et des éléphants a été réalisé sur une superficie d’environ 55 000 hectares. La méthodologie utilisée était celle du reccee-transect, développée par Lee White et Ann Edwards (2000) ainsi que Buckland et al. (2001). Chaque transect avait une longueur d’un kilomètre, séparé par une reconnaissance préliminaire de quatre kilomètres.

Initialement, il était prévu de réaliser 42 km de transects et 164 km de reconnaissance préliminaire (reccee), mais finalement l’équipe de recherche a pu couvrir 30,200 km de transects et 132 km de reccee. Le terrain était difficile avec de nombreux marécages, montagnes et rochers qui n’ont pas pu être explorés. Par conséquent, certaines zones ont été tronquées et seront compensées dans des zones plus accessibles.

Les résultats obtenus jusqu’à présent révèlent une présence exclusive de chimpanzés dans les zones étudiées, où les pressions sont importantes. Les traces de gorilles ont été trouvées dans des zones moins fréquentées par l’exploitation des ressources naturelles. Quant aux éléphants, une seule vieille empreinte a été relevée, ce qui suggère une présence sporadique et temporaire en fonction de leurs mouvements migratoires.

Cette étude revêt une grande importance pour la création future de la Réserve de Ntombo. Elle servira de base de travail pour engager les parties prenantes dans la protection des populations restantes de ces mammifères en danger critique à l’échelle mondiale.

Ce projet est rendu possible grâce au soutien de Biopama, Rainforest Trust, PPI, et OTTERFONDS , unis par leur passion pour la protection de la biodiversité.

                                                                                     Observation des nids des grands singes

Suivi écologique communautaire des grands singes à la périphérie nord de la réserve de faune du Dja

By Actualités des membresNo Comments

Suivi écologique communautaire des grands singes à la périphérie nord de la réserve de faune du Dja

Située dans le bassin du Congo et s’étendant sur une superficie de 526 004 hectares, la réserve de faune du Dja (RFD) abrite une importante diversité d’espèces animales et végétales. Parmi cette diversité, on trouve des espèces emblématiques telles que les chimpanzés, les gorilles, les éléphants, les pangolins géants et les panthères. Cependant, en raison de l’expansion des activités socio-économiques, des concessions forestières, de l’augmentation démographique, de l’exploitation illégale des ressources et du braconnage, la pression exercée sur la réserve ne cesse de croître. Ces actions réduisent considérablement les zones de couverture de ces animaux, empiètent sur leurs corridors et augmentent les risques de conflits entre l’homme et la faune.

C’est dans ce contexte que Tropical Forest and Rural Development (TF-RD), en collaboration avec les communautés locales, mène des activités de suivi écologique dans les forêts communautaires situées en dehors de la RFD, dans le but de mieux comprendre la problématique des grands singes à la périphérie nord de la réserve. L’objectif est d’identifier les espèces animales présentes, les zones où les grands singes sont les plus présents, les raisons de leur présence dans ces zones, les dangers auxquels ils sont confrontés, et de proposer de manière participative des solutions pour limiter ou éviter les conflits entre l’homme et la faune.Les premiers résultats des caméras installées ont permis d’obtenir des images d’un groupe de chimpanzés, de pangolins, de céphalophes, de sangliers et de petits rongeurs. TF-RD espère que cette initiative permettra une plus grande implication des communautés locales dans la conservation des espèces protégées, en particulier les grands singes, ainsi que dans la gestion communautaire des ressources naturelles.

Il s’agit d’une étape importante vers la coexistence harmonieuse entre l’homme et la faune, et TF-RD continuera de travailler en étroite collaboration avec les communautés locales pour promouvoir la préservation de la biodiversité et assurer un avenir durable pour les grands singes et les ressources naturelles de la région.

L’ONG Mbou-Mon-Tour construit une maternité en soutient à la santé maternelle et la préservation des bonobos dans la province de Mai-Ndombe

By Actualités des membresNo Comments

Une nouvelle maternité dans la Concession  Forestière des Communautés Locales de la Rivière Mbali (CFCL-RM)

L’ONG congolaise Mbou-Mon-Tour (MMT) a récemment réalisé un projet significatif en construisant une maternité dans la province de Mai-Ndombe. Cette initiative vise à préserver les bonobos tout en améliorant la santé maternelle au sein des communautés locales.

Située dans le village de Nko, la maternité financée par MMT est un pas important vers la protection de la biodiversité et la santé des femmes enceintes. Le bâtiment, d’une longueur de 16 mètres et d’une largeur de 6,5 mètres, comprend trois salles essentielles : une salle d’accouchement, une salle pour les médecins et les accoucheuses, ainsi qu’une grande salle avec 16 lits pour les femmes.

Avant cette construction, la région souffrait d’un manque criant de services obstétriques, ce qui mettait en danger la vie des mères et des nouveau-nés. Les conditions précaires dans lesquelles les femmes accouchaient étaient un facteur de décès maternels et infantiles. Consciente de cette réalité préoccupante, MMT a utilisé les fonds du Prix Ashden 2021 pour financer la maternité dans le cadre du projet « Intégré santé et Environnement« .

La localisation stratégique de la maternité à Nko permet de répondre aux besoins sanitaires de plusieurs villages de la région qui ont dédié une partie de leurs terres forestières à la protection des bonobos, grâce aux Concessions des Forêts des Communautés Locales (CFCL). Cette initiative soutenue par MMT favorise la coexistence harmonieuse entre la préservation de la biodiversité et le développement local.

Les travaux de construction ont duré 15 mois et ont été supervisés par Innocent Leti, Coordonnateur local de Mbou-Mon-Tour. Il se réjouit de l’impact positif que cette maternité apportera en améliorant la qualité de vie des femmes enceintes et en offrant des soins adaptés.

En parallèle, MMT prévoit un programme d’amélioration des compétences du personnel médical en santé maternelle et infantile dans la zone de santé de Nko. La sensibilisation des femmes et des jeunes filles à la santé sexuelle et reproductive sera également au cœur de ce projet d’envergure.

Cependant, pour garantir des normes hospitalières modernes, l’appui des partenaires et des personnes bienveillantes est sollicité. MMT a besoin de soutien pour équiper cette maternité et ainsi améliorer la santé maternelle et infantile dans la région.

Tant les futures bénéficiaires que le personnel soignant attendent avec impatience l’ouverture de cette maternité qui se conformera aux normes en vigueur en République Démocratique du Congo. L’initiative de Mbou-Mon-Tour, visant à préserver les bonobos et à soutenir la santé maternelle, est un pas crucial vers un avenir durable pour les communautés locales de la province de Mai-Ndombe.

EN FR