Category

Actualités des membres

A New Great Apes Conservation Landscape created in South West Cameroon

By Actualités des membresNo Comments

A New Great Apes Conservation Landscape created in South West Cameroon

The management of fragmented great apes sub populations as well as other globally protected species as a single management unit is one of the key management policy of the Republic of Cameroon. Such management units that span hundreds of thousands of hectares is considered as indispensable to the successful consolidation of fragmented habitats and subpopulations in highly human dominated landscapes. Such landscapes that englobe one or more protected areas are known as Technical Operational Units (TOU).

From 2016 through to 2023, ERuDeF and other conservation partners in the South West Cameroon notably the Ministries in charge of Wildlife and Environment with support from UN Environment launched the process for the gazettement of the last TOU in the SW Cameroon called the Bakossi-Banyang-Mbo-Nweh- Mundani (BBMNM) Technical Operational Unit covering over 530000 ha. In February 2023, the Prime Minister of Cameroon finally signed into law this new technical operational unit .

The new technical operational unit comprises of the Bakossi National Park, Banyang Mbo Wildlife Sanctuary, Tofala Hill Wildlife Sanctuary, Mt Muanenguba Herpetological Sanctuary, proposed Mt Kupe Integral Ecological Reserve and proposed Njoagwi-Fotabong III Essoh Attah Wildlife Sanctuary as well as several corridors. These protected areas and corridors collectively have over 2000 Nigeria-Cameroon chimpanzees, 60 Cross River Gorillas and a surface area of 530000 ha.

The signing of this new Decision by the Prime Minister of Cameroon provides a unified and harmonized coordination framework to support the long term sustainable management of great apes populations through the mullti-stakeholders approach.

Inventaire écologique au service de la conservation concertée des ressources naturelles de la forêt du Mayombe dans le district de Kakamoeka

By Actualités des membresNo Comments

Inventaire écologique au service de la conservation concertée des ressources naturelles de la forêt du Mayombe dans le district de Kakamoeka

Ouverture d’un transit

Dans le but de préserver les ressources naturelles de la forêt du Mayombe dans le district de Kakamoeka, un inventaire écologique a été réalisé dans le cadre de la création de la Réserve Forestière de Ntombo, la quatrième aire protégée terrestre du Congo. Cette zone présente diverses activités humaines telles que l’exploitation minière, pétrolière, agricole et la chasse. Afin de faciliter une approche concertée entre les parties prenantes pour définir et mettre en œuvre un plan de suivi écologique, ESI Congo a entrepris une série d’études écologiques à partir de décembre 2022 pour évaluer la situation.

Dans ce contexte, un inventaire écologique des gorilles des plaines de l’ouest, des chimpanzés et des éléphants a été réalisé sur une superficie d’environ 55 000 hectares. La méthodologie utilisée était celle du reccee-transect, développée par Lee White et Ann Edwards (2000) ainsi que Buckland et al. (2001). Chaque transect avait une longueur d’un kilomètre, séparé par une reconnaissance préliminaire de quatre kilomètres.

Initialement, il était prévu de réaliser 42 km de transects et 164 km de reconnaissance préliminaire (reccee), mais finalement l’équipe de recherche a pu couvrir 30,200 km de transects et 132 km de reccee. Le terrain était difficile avec de nombreux marécages, montagnes et rochers qui n’ont pas pu être explorés. Par conséquent, certaines zones ont été tronquées et seront compensées dans des zones plus accessibles.

Les résultats obtenus jusqu’à présent révèlent une présence exclusive de chimpanzés dans les zones étudiées, où les pressions sont importantes. Les traces de gorilles ont été trouvées dans des zones moins fréquentées par l’exploitation des ressources naturelles. Quant aux éléphants, une seule vieille empreinte a été relevée, ce qui suggère une présence sporadique et temporaire en fonction de leurs mouvements migratoires.

Cette étude revêt une grande importance pour la création future de la Réserve de Ntombo. Elle servira de base de travail pour engager les parties prenantes dans la protection des populations restantes de ces mammifères en danger critique à l’échelle mondiale.                                                                                     Observation des nids des grands singes

Suivi écologique communautaire des grands singes à la périphérie nord de la réserve de faune du Dja

By Actualités des membresNo Comments

Suivi écologique communautaire des grands singes à la périphérie nord de la réserve de faune du Dja

Située dans le bassin du Congo et s’étendant sur une superficie de 526 004 hectares, la réserve de faune du Dja (RFD) abrite une importante diversité d’espèces animales et végétales. Parmi cette diversité, on trouve des espèces emblématiques telles que les chimpanzés, les gorilles, les éléphants, les pangolins géants et les panthères. Cependant, en raison de l’expansion des activités socio-économiques, des concessions forestières, de l’augmentation démographique, de l’exploitation illégale des ressources et du braconnage, la pression exercée sur la réserve ne cesse de croître. Ces actions réduisent considérablement les zones de couverture de ces animaux, empiètent sur leurs corridors et augmentent les risques de conflits entre l’homme et la faune.

C’est dans ce contexte que Tropical Forest and Rural Development (TF-RD), en collaboration avec les communautés locales, mène des activités de suivi écologique dans les forêts communautaires situées en dehors de la RFD, dans le but de mieux comprendre la problématique des grands singes à la périphérie nord de la réserve. L’objectif est d’identifier les espèces animales présentes, les zones où les grands singes sont les plus présents, les raisons de leur présence dans ces zones, les dangers auxquels ils sont confrontés, et de proposer de manière participative des solutions pour limiter ou éviter les conflits entre l’homme et la faune.Les premiers résultats des caméras installées ont permis d’obtenir des images d’un groupe de chimpanzés, de pangolins, de céphalophes, de sangliers et de petits rongeurs. TF-RD espère que cette initiative permettra une plus grande implication des communautés locales dans la conservation des espèces protégées, en particulier les grands singes, ainsi que dans la gestion communautaire des ressources naturelles.

Il s’agit d’une étape importante vers la coexistence harmonieuse entre l’homme et la faune, et TF-RD continuera de travailler en étroite collaboration avec les communautés locales pour promouvoir la préservation de la biodiversité et assurer un avenir durable pour les grands singes et les ressources naturelles de la région.

L’ONG Mbou-Mon-Tour construit une maternité en soutient à la santé maternelle et la préservation des bonobos dans la province de Mai-Ndombe

By Actualités des membresNo Comments

Une nouvelle maternité dans la Concession  Forestière des Communautés Locales de la Rivière Mbali (CFCL-RM)

L’ONG congolaise Mbou-Mon-Tour (MMT) a récemment réalisé un projet significatif en construisant une maternité dans la province de Mai-Ndombe. Cette initiative vise à préserver les bonobos tout en améliorant la santé maternelle au sein des communautés locales.

Située dans le village de Nko, la maternité financée par MMT est un pas important vers la protection de la biodiversité et la santé des femmes enceintes. Le bâtiment, d’une longueur de 16 mètres et d’une largeur de 6,5 mètres, comprend trois salles essentielles : une salle d’accouchement, une salle pour les médecins et les accoucheuses, ainsi qu’une grande salle avec 16 lits pour les femmes.

Avant cette construction, la région souffrait d’un manque criant de services obstétriques, ce qui mettait en danger la vie des mères et des nouveau-nés. Les conditions précaires dans lesquelles les femmes accouchaient étaient un facteur de décès maternels et infantiles. Consciente de cette réalité préoccupante, MMT a utilisé les fonds du Prix Ashden 2021 pour financer la maternité dans le cadre du projet « Intégré santé et Environnement« .

La localisation stratégique de la maternité à Nko permet de répondre aux besoins sanitaires de plusieurs villages de la région qui ont dédié une partie de leurs terres forestières à la protection des bonobos, grâce aux Concessions des Forêts des Communautés Locales (CFCL). Cette initiative soutenue par MMT favorise la coexistence harmonieuse entre la préservation de la biodiversité et le développement local.

Les travaux de construction ont duré 15 mois et ont été supervisés par Innocent Leti, Coordonnateur local de Mbou-Mon-Tour. Il se réjouit de l’impact positif que cette maternité apportera en améliorant la qualité de vie des femmes enceintes et en offrant des soins adaptés.

En parallèle, MMT prévoit un programme d’amélioration des compétences du personnel médical en santé maternelle et infantile dans la zone de santé de Nko. La sensibilisation des femmes et des jeunes filles à la santé sexuelle et reproductive sera également au cœur de ce projet d’envergure.

Cependant, pour garantir des normes hospitalières modernes, l’appui des partenaires et des personnes bienveillantes est sollicité. MMT a besoin de soutien pour équiper cette maternité et ainsi améliorer la santé maternelle et infantile dans la région.

Tant les futures bénéficiaires que le personnel soignant attendent avec impatience l’ouverture de cette maternité qui se conformera aux normes en vigueur en République Démocratique du Congo. L’initiative de Mbou-Mon-Tour, visant à préserver les bonobos et à soutenir la santé maternelle, est un pas crucial vers un avenir durable pour les communautés locales de la province de Mai-Ndombe.

Participation de l’ONG PROGRAM au Séminaire sur l’exploitation de l’activité écotouristique des gorilles de l’Ouest africain

By Actualités des membresNo Comments

Participation de l’ONG PROGRAM au Séminaire sur l’exploitation de l’activité écotouristique des gorilles de l’Ouest africain

L’ONG PROGRAM a récemment participé au séminaire intitulé « Exploitation de l’activité écotouristique : Vision de gorilles de l’Ouest africain », organisé en collaboration avec la Cellule Tourisme de l’ANPN, la Cellule scientifique et Luxury Green Resort. L’événement s’est déroulé les 27 et 28 avril 2023 et a rassemblé des professionnels du secteur afin de discuter de la mise en place d’un produit touristique durable centré sur l’observation des gorilles dans les parcs nationaux du Gabon.

Au cours du séminaire, l’ONG PROGRAM a apporté une contribution précieuse en partageant son expertise et en présentant les conditions actuelles du tourisme communautaire à Doussala, ainsi que les données relatives aux programmes d’habituation des gorilles de l’Ouest. Une présentation détaillée a été faite, mettant en avant les recommandations concernant la sécurité sanitaire et sociale des groupes de gorilles, l’implication des communautés à tous les niveaux des projets, et la nécessité de sécuriser les fonds nécessaires pour les programmes d’habituation, qui s’étendent sur une période de 7 à 10 ans.

L’ONG PROGRAM a également profité de cette occasion pour présenter l’Alliance GSAC aux participants et les encourager à rejoindre le comité scientifique de cette alliance. Dans cette optique, la création d’un comité scientifique national axé sur les Grands Singes au Gabon a été proposée. Ces initiatives visent à renforcer les efforts de conservation et de protection des gorilles de l’Ouest en favorisant une collaboration étroite entre les acteurs locaux et internationaux.

À la fin du séminaire, les participants ont remis officiellement aux organisateurs et aux modérateurs les rapports des travaux des deux tables rondes, accompagnés de leurs recommandations pour la mise en place d’un tourisme durable centré sur la vision du gorille des plaines de l’Ouest. Cette étape importante permettra de guider les décisions futures dans le développement de l’activité écotouristique autour des gorilles au Gabon.

Grâce à la participation active de l’ONG PROGRAM et des autres intervenants, ce séminaire a permis des échanges constructifs et une meilleure compréhension des enjeux liés à l’exploitation responsable de l’activité écotouristique dans les parcs nationaux. Il s’agit d’une étape cruciale vers la création d’une véritable destination touristique axée sur la découverte des gorilles de l’Ouest en Afrique centrale.

Great Apes conservation in times of Crisis

By Actualités, Actualités des membres, FocusNo Comments

Great Apes conservation in times of Crisis

In the Lebialem Highlands of Southwest Cameroon, the Environment and Rural Development Foundation-ERuDeF with funding from Arcus Foundation launched its conservation efforts to provide long term protection of great apes species populations in 2010 with focus on Cross River Gorillas and the Nigeria-Cameroon chimpanzees which are located in the Tofala Hill Wildlife Sanctuary (THWS) in Southwest Cameroon. The Lebialem highlands in Cameroon and Nigeria are home to these primates considered as the world’s most critically endangered primates especially the Cross River GorillaImage of Cross River Gorillas captured through camera trap. Picture Credit: Arcus Foundation.

The project is a collaboration between the government of Cameroon, conservation organizations, and local communities. The goal is to conserve the critically endangered Cross River Gorilla primarily and the Nigeria-Cameroon Chimpanzee populations and their habitat, while also improving the livelihoods of local communities. It uses a multi-faceted approach that involves conservation education, community engagement, and sustainable development.

One of the key components of the project is conservation education. The project has worked with local schools to teach students about the importance of conservation and the role that the Cross River Gorilla and Nigeria-Cameroon Chimpanzee play in the ecosystem. It has hosted community events and workshops to raise awareness about the importance of conservation.

This great ape conservation initiative has already achieved some notable successes. For example, the project has helped establish a protected area in the Lebialem Highlands that is home to both primates. In its 15 year vision, it envisages that a total surface area of 130,482 ha would be collectively protected and managed in these highlands to secure and ensure genetic connectivity and migration among species. This is leading to the protection of 60 cross river gorilla sub population, 1000 Nigeria-Cameroon Chimpanzees, 200 African forest elephants as well as other IUCN Red list species such as Drills, Preuss’s monkey, many species of birds, amphibians and reptiles. Through the Community Ranger Support Program that aimed at training at least 12 community rangers who will monitor and enforce laws that protect the primates and their habitat, illegal hunting and logging in the area drastically reduced.

The project had established community-based patrols that helped to deter poachers and illegal loggers. Through the ERuDeF Community Ranger Support Project, community Rangers were trained on bio monitoring techniques as in the use of GPS and setting of camera traps and registering of data coordinates as they patrol the highlands thoroughly to determine the movements of these primates and protect them from humans.

This project has demonstrated how possible it is to protect critically endangered species while also improving the livelihoods of local communities. However, there is still much work to be done to ensure the survival of the Cross River Gorillas and Nigeria-Cameroon Chimpanzees especially with the on-going armed conflict in the English speaking part of Cameroon which happens to be where the Lebialem Highlands is found as well as the project site.

EASTERN CAMEROON BIODIVERSITY INITIATIVE: Designing the Great apes migratory corridor

By Actualités, Actualités des membres, FocusNo Comments

EASTERN CAMEROON BIODIVERSITY INITIATIVE: Designing the Great apes migratory corridor

In 2020, the Environment and Rural Development Foundation-ERuDeF launched the Deng-Deng Belabo Gorilla Conservation Corridor Project in Eastern Cameroon to ensure the free movement of key stone species identified in the landscape such as Western lowland gorillas, central chimpanzees and African Forest  Elephants and at the same time assisting communities in these areas to create their community forests. One of the most significant components of this initiative is the creation of  Great Apes migratory corridor. The Great Apes migratory corridor initiative sought to create a continuous forested corridor that will allow the great apes to migrate freely between different forested areas. Pic. 1 Western Lowland Gorilla captured from camera. Picture credit: World Land Trust

The Eastern Region of Cameroon is one of the last remaining strongholds of the great apes, including the Western Lowland Gorilla and the Central Chimpanzee. These great apes are facing a growing threat due to habitat fragmentation, hunting, and other human activities. This project is addressing these threats by creating a safe and continuous forested corridor that will allow the great apes to migrate freely between different forested areas. This corridor is about 400 km long and will connect the Deng-Deng National Park in the Lom and Djerem Division to the Dja Biosphere Reserve in the Haut-Nyong Division, all in Eastern Cameroon and will also benefit other wildlife species that depend on the forested habitats, such as African forest elephants, white bellied pangolins, and various species.

To achieve these goals, the Great Apes migratory corridor project involved several key activities. The first step was to identify the most suitable areas for the corridor and to conduct a thorough ecological assessment of these areas. This assessment involved mapping the vegetation types, identifying key wildlife species, and assessing the threats and opportunities for the corridor. Based on this assessment, the project team then designed and implemented a range of conservation activities, such as forest restoration, anti-poaching patrols, and community engagement programs.

One of the critical success factors of the Great Apes migratory corridor project is community engagement. By involving them in the project, the team has created a sense of ownership and pride in the conservation efforts, which is enhancing the long-term sustainability of the project.

Also, the Great Apes migratory corridor project is a collaborative effort involving several organizations, including the Cameroon Ministry of Forestry and Wildlife, ERuDeF as the lead organisation and the World Land Trust as the funder of the project since 2020. This collaboration has ensured that the project is well-coordinated and has access to a range of expertise and resources. It also helps to leverage the support of different stakeholders, including governments, NGOs, and the private sector, to achieve the project’s goals.Pic.2. Partial view of the corridor. Picture credit: ERuDeF

Another interesting prospect in this project is the development of a carbon finance mechanism which will involve a combination of council forests that are expected to secure at least 50,000ha of land. It should be noted that the project named the Deng-Deng Belabo Conservation Corridor Project cuts across four councils in the East region namely; the Belabo council, the Doume council, the Abong-mbang council and the Mindourou council.

Overall, the Great Apes migratory corridor project is a critical initiative that has the potential to make a significant impact on the biodiversity of the Eastern Region of Cameroon and provide a model for future conservation initiatives in the region and beyond.

Certification Biologique des agro-forêts à base de cacao pour la protection de la biodiversité et des grands singes

By Actualités, Actualités des membres, FocusNo Comments

Certification Biologique des agro-forêts  à base de cacao pour la protection de la biodiversité et des grands singes

Dans le cadre du projet ECOFAC6, Tropical Forest and Rural Development a accompagné les producteurs de cacao de la boucle du Dja dans la réhabilitation de leurs anciennes plantations et la création de nouvelles plantations d’agroforesterie à base de cacao sur des terres en jachère. Ce processus s’est étendu sur les cinq (05) dernières années et a permis d’améliorer considérablement la qualité et la quantité de cacao produite. Cette augmentation significative de la production a eu un impact positif sur la vie des producteurs, leur permettant de réaliser des projets de grande envergure tels que la construction de maisons, l’achat de motos, l’achat de tôles en aluminium et la scolarisation des enfants.

Par ailleurs, dans le souci de protéger les grands singes dans ces champs d’agroforesterie à base de cacao, TF-RD a lancé la campagne cacaoyère 2023 avec une certification biologique (ECOCERT). Cette initiative vise à améliorer encore davantage les conditions de vie des communautés grâce à une production biologique exempte de tout intrant chimique, tout en sensibilisant ces communautés aux bienfaits de la culture biologique et à l’importance de protéger la diversité biologique, en particulier des grands singes dans les plantations cacaoyère.Il convient de noter que ce projet a été réalisé avec le soutien financier de l’Union Européenne et vise à renforcer la gestion durable des aires protégées et des écosystèmes forestiers dans les 10 pays de l’Afrique centrale. ECOFAC6 est la sixième phase du programme ECOFAC, lancé en 1992, et vise principalement à renforcer les capacités des gouvernements, des communautés locales et des acteurs de la société civile pour la gestion durable des ressources naturelles en Afrique centrale.

Le projet ECOFAC6 met l’accent sur la promotion de l’écotourisme, la gestion participative des ressources naturelles, la lutte contre la déforestation et la gestion des aires protégées. Il contribue également à renforcer la gouvernance forestière et à lutter contre le commerce illégal d’espèces de la faune et de la flore sauvages.

Copyright des images : Tropical Forest and Rural Development

Projet de mise en place des champs de manioc dans la CFCL-RM : cas des villages Embirima, Nko et Nkala

By Actualités, Actualités des membres, FocusNo Comments

Projet de mise en place des champs de manioc dans la CFCL-RM : cas des villages Embirima, Nko et Nkala

Suite aux alertes des communautés locales de la chefferie des Batéké nord concernant les problèmes de pourriture des racines de manioc dans leurs champs, Mbou Mon Tour a mis en place un projet de culture de manioc dans les villages d’Embirima, Nko et Nkala de la CFCL-RM. Ce projet, soutenu par Bonobos World, a pour objectif d’aménager des parcs à bois avec des boutures de manioc résistantes à la pourriture et à la mosaïque.

Pour résoudre les problèmes de faible productivité du manioc, causés par des agents pathogènes du sol, Mbou Mon Tour a introduit une nouvelle variété de manioc provenant du plateau de Batéké dans les hinterlands de Kinshasa. Le premier parc à bois de 7 ha a été aménagé à Embirima en 2021 et a servi de base pour la mise en place de 8 ha supplémentaires répartis entre les trois villages en 2022.

Les boutures ont été distribuées à 120 ménages bénéficiaires qui ont réussi à aménager et implanter 27 ha de champs. La récolte a commencé en février 2023 et les techniciens de Mbou Mon Tour accompagnent les communautés dans la récolte et la transformation de leurs produits agricoles. Le projet a considérablement contribué à la sécurité alimentaire des ménages, car la production en tubercules est consommée à 80 % par les ménages et 20 % est vendue. Les résultats obtenus sont encourageants, car sur les 7 ha du premier parc à bois, 700 paniers (soit 17,5 tonnes) ont été produits au prix de 8000 FC (4$ USD) le panier. De plus, la production en boutures du premier parc à bois d’Embirima est de 120 m3. Concernant les autres parcs à bois (Nkala et Nko) aménagés en 2022, les récoltes seront bientôt lancées.

 

EN FR